L'alopécie androgénique

En dermatologie, l'alopécie désigne l'accélération de la chute des cheveux. Si l'alopécie n'est pas ralentie, elle aboutit à la calvitie, voire à une absence totale de cheveux.

Parmi toutes les formes d'alopécie, celle dite “androgénique” est la plus répandue (90 % des cas d'alopécie). Elle peut être précoce : à 20 ans un homme sur cinq perd ses cheveux, à 30 ans un homme sur trois et à 50 ans un homme sur deux.

Si l'alopécie androgénique est surtout masculine, elle touche pourtant 10 à 15 % des femmes souffrant de problèmes capillaires. Celle-ci est liée à deux facteurs principaux :

  • Le terrain génétique : un gène non encore isolé est responsable du fait que vous suiviez une perte semblable à celle de vos parents ou grands-parents.
  • Les hormones mâles ou androgènes : la testostérone et la DiHydroTestostérone (DHT). La testostérone circulant dans le sang se transforme en DiHydroTestostérone sous l'influence d'une enzyme : la 5 alpha réductase.

Dans l'alopécie androgénique, l'hyperactivité de l'enzyme 5 alpha réductase va entraîner un raccourcissement de la phase de croissance (phase anagène) des cheveux et une miniaturisation de ces derniers en phase de pousse. La durée de chaque cycle va considérablement diminuer et passer de 5 ans an moyenne à quelques mois. Les 25 cycles capillaires vont s'épuiser beaucoup plus rapidement conduisant à un éclaircissement des cheveux puis à leur disparition progressive totale sur de larges zones du cuir chevelu : golfes, front et haut du crâne.

Heureusement les récepteurs hormonaux des follicules pilo-sébacés situés sur certaines parties du cuir chevelu ne sont quant à eux pas sensibles à cette hyperactivité de la 5 alpha réductase. C'est le cas des cheveux situés au niveau de la nuque et des tempes, expliquant pourquoi les hommes chauves gardent presque toujours une couronne de cheveux.

Pour une greffe capillaire, c'est précisément cette zone privilégiée du cuir chevelu (zone donneuse), au niveau de laquelle les cheveux bénéficient à vie d'un déroulement normal de leur cycle, qui va fournir les cheveux destinés à être transplantés au niveau de la zone qui doit être redensifiée (zone receveuse). En effet, ces cheveux greffés au niveau de la zone receveuse continueront à bénéficier d'un rythme normal de leur cycle.

Autres causes de la chute des cheveux 

Chute saisonnière : printemps et automne pendant 4 à 6 semaines. Le soleil agit sur les hormones responsables de la croissance des cheveux. Les cheveux en phase télogène sont éjectés par de nouveaux cheveux.

Efluvium télogène ou alopécie aigue diffuse : suite à des évènements de  fièvre élevée et prolongée, choc opératoire, accouchement, carence aiguë, stress, accident grave ou choc psychologique affectif.

Prise de certains médicaments : anti-inflammatoires, anti-hypertenseurs, anti-coagulants, anti-cancéreux, pillules, cortisone ou antibiotique.

Pathologies : infections (mycosiques, bactériennes, virales ou parasitaires), tumeurs (carcinomes, lymphomes), carences (fer) brûlures ou radiations ionisantes.

Agressions du cuir chevelu : permanentes, produits frisants ou défrisants, tresses trop serrées, chignons trop tirés.

Pelade : maladie auto-immune récidivante.